Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand

41j9Z6+jIFL._SX301_BO1,204,203,200_Editions Pocket
6€30
187 pages

Résumé:  » « Ils étaient partis en chahutant. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. » Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage qui l’enjoint à reprendre pied, elle décide de s’exiler en Irlande, seule.
Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper… »

Ce que j’ai aimé:

  • Les couvertures et titres des romans. Les couvertures des romans d’Agnès Martin-Lugand paraissent simples, immortalisant des femmes et des instants de vie mais en y regardant de plus près, transparaît des sentiments sur le visage et la posture de ces femmes. L’auteure aime jouer avec les mots, cela se remarque avec ses titres qui sont toujours bien trouvés au regard de l’histoire. J’ai aimé découvrir pourquoi ce roman s’intitulait « Les gens heureux lisent et boivent du café », c’est une question que je me suis posée bien avant d’ouvrir ce roman.
  •  La description des sentiments. Dés les premières pages j’ai eu les larmes aux yeux. L’auteure décrit à la perfection les sentiments que l’on peut éprouver suite à la perte d’un être cher. Diane perd mari et enfant, sa famille ne la comprend pas, ne comprend pas cette déchéance, ce deuil qu’elle n’arrive pas à faire. Mais l’auteure emploie les mots justes à tel point que nous, lecteurs, nous la comprenons. Cependant, le ton du roman reste relativement léger, ce qui nous permet de ne plus ressentir cette tristesse en même temps qu’elle s’atténue chez Diane. L’auteure arrive à nous faire passer de l’affliction, au rire … pour cela bravo ! 
  • On arrive à s’identifier à Diane. J’ai pu m’imaginer vivre son mal-être, cette solitude, ce dégoût face à l’incompréhension de ses parents. Nous ressentons ce vide au fond de son cœur et parce qu’on arrive à s’identifier à Diane, on la trouve attachante et on veut qu’elle puisse se reconstruire en Irlande. Elle y rencontre un bel irlandais, Edward et on a envie qu’il se passe quelque chose entre eux car elle le mérite. 
  • Le personnage d’Edward. Au début de leur rencontre, Edward est odieux mais je ne l’ai pas détesté pour autant, j’ai aimé cet aspect du personnage. Cela a donné un côté très amusant à leurs dialogues. Ils se détestent vraiment et j’ai aimé que l’auteure n’insinue rien concernant une éventuelle relation amoureuse.

Ce que j’ai moins aimé:

  • Le rythme du roman. Je l’ai trouvé trop rapide, certes il y a peu de pages mais tout va trop vite. L’auteure fait parfois des bonds dans le temps de quelques semaines, l’histoire se déroule à peu près sur un an mais on ne s’en rend même pas compte. Chaque passage est vu en accéléré, nous n’avons pas le temps de bien les apprécier. Je me suis retrouvée à lire aussi vite que l’était l’écriture et je n’ai donc pas pris mon temps pour savourer ce roman. 
  • Le comportement de Diane en Irlande. J’ai trouvé que Diane se comportait parfois comme une enfant à partir du moment où elle arrive en Irlande, surtout dans sa relation avec Edward, ce qu’elle lui dit et sa façon de réagir. 
  • La quasi inexistence de description du pays. Je regrette qu’il n’y ait pas plus de descriptions des paysages, des coutumes, de la vie en Irlande. C’est un pays que j’ai très envie de visiter et dans ce roman l’auteure ne m’a pas emmenée avec elle en Irlande ! 
  • Le personnage de Megan. Vers la fin ce personnage apparaît et j’ai trouvé la relation entre cette personne, Diane et Edward ridicule. J’ai eu l’impression, à certains moments, de lire de la chick lit et je n’ai pas trouvé son intervention franchement nécessaire. 

Je ne peux pas dire pourquoi mais je n’ai pas apprécié la fin de l’histoire, on s’attend à quelque chose et on veut que cette fin qu’on imagine se mette en place mais en fait non ! J’ai, malgré tout beaucoup aimé ce roman et j’ai envie de savoir ce que propose l’auteure dans sa suite « La vie est facile, ne t’inquiète pas ».

Ma note
♥♥♥♥
16/20
Emma
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s